img2.gif

le site du groupe avicole et cunicole de Toulouse Agri Campus

Qui sommes nous    

Biologie et Zootechnie

Pathologie aviaire et Santé publique

 La page cunicole

Se former, s'informer

 

Le Botulisme aviaire en questions

mise à jour: 22/10/09   version imprimable :  

Le botulisme aviaire est une toxi-infection, considérée comme rare en élevage avicole, mais pour des raisons encore inexpliquées, elle connait une forte recrudescence en France en 2007.
Au-delà de la détection et de la gestion des foyers observés sur le terrain, se pose la question de l’évaluation du risque pour la santé humaine. Ce dossier est construit autour des questions que pose le botulisme aviaire :


 

Qu’est-ce que le botulisme ?

Quel est l’agent du botulisme aviaire et comment exerce-t-il son pouvoir pathogène ?

Quel risque représente le botulisme aviaire pour la santé humaine ?

Quelles sont les caractéristiques épidémiologiques de la maladie chez les oiseaux ?

Quelles sont les manifestations cliniques du botulisme chez les oiseaux?

Comment diagnostiquer la maladie ?

Comment contrôler la maladie ?

Quel est le cadre réglementaire du botulisme aviaire en France ?

En pratique : quand suspecter le botulisme ?


 

Qu’est-ce que le botulisme ?  

Le botulisme est une maladie animale et humaine caractérisée par une atteinte nerveuse, causée par l’action d’une toxine produite par une bactérie, Clostridium botulinum. Cette atteinte nerveuse se traduit par une variété de signes cliniques, tous associés à la paralysie de muscles locomoteurs, respiratoires ou viscéraux.
Chez l’homme, le botulisme est essentiellement lié à la consommation de conserves mal préparées ou altérées.
Chez l’animal, la consommation de cadavres décomposés est la source majeure de contamination.

 

Quel est l’agent du botulisme aviaire et comment exerce-t-il son pouvoir
pathogène ?
   

Le botulisme résulte de l’action d’une neurotoxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. Les clostridies sont des bactéries, bacilles Gram positif, anaérobies strictes et sporulées, présentes dans l'environnement où elles peuvent survivre très longtemps. Ce sont des bactéries ubiquistes, largement distribuées dans le sol et l’eau.

On distingue plusieurs types de neurotoxines, désignées par les lettres A, B, C, D, E, F et G. Elles sont synthétisées au cours de la phase exponentielle de croissance de la bactérie, sous forme d’une chaîne protéique, puis activées. Les neurotoxines ingérées ou produites dans le tube digestif traversent la barrière intestinale, passent dans le sang et atteignent les neurones. Contrairement aux spores d’autres clostridies, les toxines sont thermosensibles et sont également sensibles aux agents chimiques.

Les oiseaux sont sensibles aux toxines de type B, C, D et E, avec une prédominance nette des types C et D. Le botulisme humain est dû aux toxines A, B (très majoritaire) et E.

Pour tout savoir sur Clostridium botulinum: site de bactériologie vétérinaire conçu et entretenu par Jean Euzéby (Professeur de Microbiologie, ENV Toulouse) 

 

Quel risque représente le botulisme aviaire pour la santé humaine ?    

La plupart des cas de botulisme aviaire signalés sont provoqués par des toxines de type C ou D, sans risque pour l’homme.
Malheureusement, ces dernières années, on observe une émergence de botulisme aviaire de type E, rencontré uniquement chez
Gallus pour l’instant et qui pourrait contaminer l’homme.

Les foyers de botulisme humain documentés ces dernières années sont très peu nombreux (15 à 20 par an) et sont associés à la consommation de conserves domestiques (charcuterie, légumes), de poisson fermenté, de miel contaminé par les spores (risque pris en compte pour les nourrissons), voire de...cocaïne contaminée par des spores !
Aucun cas de botulisme humain n’a été associé à la consommation de produits des filières avicoles.

A ce jour, si le risque de transmission du botulisme des volailles à l’homme doit être pris en compte sur le plan du principe, à la lueur des données épidémiologiques actuelles, il se révèle extrêmement faible, voire nul.

Accéder à la base de données sur le botulisme humain de l'institut de veille sanitaire (InVS)

pour en savoir plus l'analyse du risque de transmission à l'homme: rapport AFSSA 2002

 

Quelles sont les caractéristiques épidémiologiques de la maladie
chez les oiseaux ?
   

Toutes les espèces aviaires, quelles que soient leurs conditions d’élevage, leur état sanitaire et leur niveau de performance, peuvent être touchées par le botulisme. Les plus affectées sont la dinde et le poulet de chair, surtout en fin d’élevage. La plupart des cas sont décrits au printemps et en été.

Le botulisme aviaire relève essentiellement de toxi-infections par ingestion de spores de C. botulinum, plus que d’intoxinations. Lors de toxi-infections, les volailles se contaminent par ingestion de spores bactériennes présentes dans l’environnement et dans les déjections. Dans les conditions normales, les spores ingérées ne se développent pas ou peu dans le tube digestif. Leur développement massif et la sécrétion de toxines botuliniques ne surviennent qu’en cas de perturbation de la flore digestive.

Les spores et les neurotoxines contaminant les volailles viennent de différentes sources. Les cadavres de volailles contaminées sont un bon milieu de développement pour C. botulinum (ingestion d’insectes se développant sur ces cadavres, cannibalisme…). Les mammifères s’introduisant dans les élevages sont souvent porteurs et leurs cadavres sont contaminants. Les oiseaux sauvages porteurs peuvent être à l’origine de la contamination des volailles de plein air. L’environnement est une source de contamination car C. botulinum est très répandu dans le sol et l’eau (germe hydrotellurique).
Les aliments peuvent être à l’origine d’une contamination. 

Pour en savoir plus sur le botulisme hydrique affectant la faune sauvage :

Dossier de la Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal
Thèse de doctorat vétérinaire de l'ENV Lyon (Dr Laure Vuillermoz)
 

 

Quelles sont les manifestations cliniques du botulisme chez les oiseaux ?    

La mortalité et la morbidité varient selon la quantité de toxine ingérée ; la mortalité dans un lot atteint peut aller de 4 à 100%, de rares cas de guérison existent.

Les symptômes correspondent à une paralysie flasque des pattes qui progresse vers les ailes, le cou et les paupières. Le cou devient mou, la tête et le bec reposant sur la litière, les paupières sont tombantes.les oiseaux présentent en général un comportement comateux. La paralysie bilatérale des pattes entraîne de l’incoordination, de l’ataxie ou des boiteries. Les animaux atteints se posent en décubitus sternal et refusent de bouger. Ils peuvent présenter des signes de frilosité, un plumage ébouriffé, des difficultés respiratoires, et souvent de la diarrhée avec un excès d’urates dans les fientes. on peut également observer un aspect sale du bec, lié à une régurgitation de salive, de mucus ou d'aliment, sans doute en raison d'une altération des réflexes de déglutition et du péristaltisme digestif.

botulisme aviaire: paralysie, insuffisance respiratoire, état comateux terminal                botulisme aviaire : paralysie, insuffisance respiratoire, état comateux terminal

La mort survient par asphyxie, due à la paralysie des muscles abdominaux et cardiaques, au bout de 1 à 8 jours.
Le plus souvent,
aucune lésion n’est visible à l’autopsie, ni à l’histologie.

Pour visualiser les signes cliniques du botulisme aviaire, un film présente quelques postures caractéristiques (ENVT, Clinique des Elevages Avicoles et Porcins)

 

Comment diagnostiquer la maladie ?    

Diagnostic épidémio-clinique : la suspicion est fondée sur l’observation des signes cliniques (paralysie flasque, mortalité) sans lésion particulière. Un épisode antérieur de botulisme dans l’élevage, une conduite hygiénique médiocre, une mauvaise gestion des cadavres, la proximité d’un plan d’eau fréquenté par l’avifaune peuvent appuyer la suspicion.

Diagnostic différentiel : saturnisme, intoxication aux ionophores, intoxication à l’alpha-chloralose, carence en vitamine E (encéphalomalacie), maladie de Newcastle, Influenza Aviaire, maladie de Marek (paralysie), encéphalomyélite aviaire (signes nerveux mais souvent en hyperactivité), clostridiose à C. perfringens, le rouget, la pasteurellose aiguë (mais lésions hémorragiques souvent nettes).

Diagnostic de laboratoire : la confirmation repose sur la mise en évidence de la neurotoxine dans le sérum des oiseaux malades par un test de létalité sur souris. Le typage est réalisé également in vivo, par séro-protection à l'aide de sérums neutralisants spécifiques de chaque type de toxine botulique (épreuve de la souris protégée).
o
n peut également rechercher la bactérie dans le contenu intestinal des oiseaux malades soit par mise en culture, soit en utilisant des méthodes d'amplification génique (PCR)

Pour connaître les conditions pratiques du diagnostic: centre national de référence des bactéries anaérobies et du botulisme (institut Pasteur, Paris)

Pour aller encore plus loin et tout savoir sur le diagnostic de laboratoire du botulisme: un article de synthèse trés complet (Lindstrom et Korkeala, Clinical Microbiology Reviews, 2006)

 

Comment contrôler la maladie ?    

Conduite à tenir lors d’une suspicion en élevage avicole
ll faut mettre en œuvre des mesures pour limiter la propagation de la maladie :
- Isolement des lots atteints et élimination des animaux présentant des paralysies
- Traitement antibiotique : les β-lactamines sont les molécules de choix
- Élimination rigoureuse des cadavres (attention aux asticots qui renferment de grandes quantités de toxine)
- Traitement ou changement de la litière, pour limiter le risque de recontamination : le fumier doit être de préférence incinéré, lorsque c’est possible
.

L’élimination des cadavres est primordiale pour prévenir la maladie et en cas de foyer, pour en limiter l’extension.
En cas de confirmation du diagnostic, la stratégie de lutte sera adaptée au contexte : abattage total ou tri et traitement des animaux en association avec des mesures sanitaires, changement de la litière, etc...

Un exemple de gestion d'un foyer de botulisme sur le terrain : communication du Dr vétérinaire X. Châtenet aux journées de la Recherche Avicole, 2005.

Prévention
La prophylaxie médicale repose sur la vaccination, à base d’anatoxines spécifiques de C. botulinum de type C et D. Ces vaccins n’ont pas d’AMM en aviculture dans l’Union Européenne
Les mesures de prophylaxie hygiénique concernent surtout la gestion des cadavres dans les élevages, avec un ramassage plus fréquent. Des mesures d’hygiène générale (lutte contre les rongeurs, nettoyage et désinfection,…) contribuent à la prévention.
Il faut aussi veiller à ne pas propager le botulisme dans des élevages voisins : la gestion des fumiers est essentielle.
NB : des cas de botulisme
bovin ont été décrits suite au pâturage de champ sur lesquels avaient été épandus des litières de volailles atteintes de botulisme, ou simplement contaminées par des cadavres en décomposition…
Les chiens sont également sensibles à la toxine botulique (surtout type D). attention donc à l'élimination des cadavres, voire à l'accès au parcours ou au bâtiment... 
 

 

Quel est le cadre réglementaire du botulisme aviaire en France ?    

Depuis le décret du 17 février 2006, le botulisme aviaire est une maladie réputée contagieuse (MRC), donnant lieu à des mesures de police sanitaire.
NB : chez les bovins et les oiseaux sauvages, c’est une maladie à déclaration obligatoire (MADO).
La conséquence majeure de la déclaration d’un foyer de botulisme aviaire est l’obligation de respecter
un délai de 15 jours entre la fin des symptômes et l’abattage des volailles : cela vise à éviter de faire rentrer dans la chaîne alimentaire des animaux éventuellement contaminés par la toxine botulique. Ce délai repose plus sur l’application du principe de précaution que sur des fondements scientifiques.
- L’application de strictes mesures de
biosécurité, visant à décontaminer le site, est également prescrite.

Cadre réglementaire : note de service DGAL/SDSPA/SA221 présentant les modification de la liste des MRC et MADO .

 

En pratique : quand suspecter le botulisme ?    

l Forte mortalité avec des symptômes nerveux sans lésion ; le principal signe est une paralysie flasque débutant aux pattes et progressant vers les ailes, le cou et la tête ; Les oiseaux peuvent présenter un comportement comateux ou des signes d’insuffisance respiratoire.
l Episode antérieur de botulisme dans l’élevage et/ou chez les animaux domestiques de l’élevage.
l Ramassage insuffisant des cadavres et/ou stockage des cadavres à proximité de l’élevage.
l Météo chaude et orageuse.
l Proximité d’un plan d’eau fréquenté par des oiseaux sauvages.